capituler

capituler [ kapityle ] v. intr. <conjug. : 1>
• 1361 « convenir des clauses; traiter »; lat. médiév. capitulare « faire une convention », de capitulum « clause »
1(XVIe) Se rendre à un ennemi par la capitulation. Pays, armée qui capitule. se rendre (cf. Déposer, rendre les armes). Capituler avec les honneurs de la guerre. Parlementer, hisser le drapeau blanc avant de capituler.
2(XVIIe) Fig. Abandonner sa position. céder. Ce n'est pas le moment de capituler.
⊗ CONTR. Résister, tenir.

capituler verbe intransitif (latin médiéval capitulare, de capitulum, article) Se rendre à l'ennemi, se reconnaître vaincu. Abandonner toute résistance, céder complètement ; renoncer : Capituler devant les exigences des grévistes.capituler (homonymes) verbe intransitif (latin médiéval capitulare, de capitulum, article)capituler (synonymes) verbe intransitif (latin médiéval capitulare, de capitulum, article) Se rendre à l'ennemi, se reconnaître vaincu.
Contraires :
- résister
- se défendre
Abandonner toute résistance, céder complètement ; renoncer
Synonymes :
- céder
Contraires :
- s'entêter

capituler
v. intr.
d1./d Traiter avec l'ennemi la reddition d'une place, d'une ville, d'une armée.
d2./d Fig. Venir à composition, céder.

⇒CAPITULER, verbe intrans.
A.— Vieilli. Convenir d'un accord, entrer en accommodement, négocier. Capituler avec qqn :
1. Aux États-Unis, l'opposition armée des provinces du sud n'a nullement jusqu'ici capitulé avec le Congrès.
MUSSET, Revue des Deux-Mondes, 1833, p. 325.
Région. (Suisse). Capitulant, adj. masc. [En parlant des cantons suisses] Qui fournit des soldats pour le service étranger (cf. Ac. Compl. 1842). Cf. capitulation A 2 et capitulé II A.
B.— Dans le domaine milit.
1. Vieilli. Engager des pourparlers sur les conditions de reddition. Le général Mack capitula avec le général Championnet, et conserva Naples (STENDHAL, Rome, Naples et Florence, t. 2, 1817, p. 18).
Loc. proverbiale. Ville qui capitule est à demi rendue ou ville qui capitule, ville rendue. ,,Quand on écoute des propositions, on est près de les accepter`` (Ac. 1835-1932).
P. métaph. Capituler avec sa conscience. Opposer des motifs spécieux aux scrupules de sa conscience :
2. Sa délicatesse l'empêche d'être bon marchand et de capituler avec sa conscience comme le commerce l'exige.
VIGNY, Journal d'un poète, 1843, p. 1195.
2. Emploi abs. Renoncer à toute résistance armée en s'avouant vaincu. Capituler sans conditions, sans discussion. À deux heures après midi la garnison de Mantoue ayant été rejetée, Provera capitula et posa les armes (LAS CASES, Le Mémorial de Sainte-Hélène, t. 1, 1823, p. 566) :
3. Il y a quatre jours que les Allemands qui tenaient Paris ont capitulé devant les Français.
DE GAULLE, Mémoires de guerre, 1956, p. 711.
P. métaph. Abandonner, devant la force ou par raison, une attitude, une opinion intransigeantes. Faire capituler des créanciers (BALZAC, Eugénie Grandet, 1834, p. 140). Capituler devant le Sénat (CLEMENCEAU, L'Iniquité, 1899, p. 266) :
4. Du jour où l'Orient s'infiltra, le réalisme trouva en face de lui les exigences adverses de l'expression spirituelle. Il capitula tout d'abord sous le choc, puis rétablit progressivement son emprise.
HUYGHE, Dialogue avec le visible, 1955, p. 131.
Rem. 1. On rencontre ds la docum. le néol. capitulade, subst. fém. (cf. PSICHARI, Le Voyage du centurion, 1914, p. 18). Action de capituler, lâcheté. 2. Le part. prés.-adj. verbal est attesté. Un moteur rachitique, cardiaque (...) tantôt hargneux et tantôt capitulant (A. ARNOUX, Rhône, mon fleuve, 1944, p. 420).
Prononc. et Orth. :[kapityle], (je) capitule [kapityl]. Ds Ac. 1694-1932. Étymol. et Hist. 1. Ca 1370 « diviser en parties » (ORESME, Eth., 48 ds LITTRÉ) — 1611, COTGR.; 2. 1540 [éd. 1547] « convenir d'un accord, négocier » (BUDÉ, Instit. du Prince, ch. 46 ds HUG.); XVIe s. spéc. milit. « traiter des conditions de reddition » (LAN. 690 ds LITTRÉ); 1751 milit. « se rendre à l'ennemi » (VOLT., S. Louis XIV, X ds ROB.); 3. av. 1696 « abandonner une position intransigeante » (LA BRUY., XI, 20 ds ROB.). Empr. au lat. médiév. capitulare; 1 au sens de « énumérer, faire un rapport point par point » (ca 778 ds Mittellat. W. s.v., 232, 31); 2 « stipuler dans une convention, convenir » (XVe s. ds NIERM.) dér. du lat. capitulum « article » (capitule1). Fréq. abs. littér. :191.

capituler [kapityle] v. intr.
ÉTYM. XVIe; « convenir d'un accord, négocier », 1540; lat. médiéval capitulare « faire une convention », de capitulum « clause, article ».
1 Vx. Convenir des articles d'un traité. || Capituler avec qqn. Traiter.
1 L'accomplissement et exécution de ce qui aura été traité et capitulé.
Sully, Économie royale, oct. 1607, in Hatzfeld.
2 Mod. Se rendre à l'ennemi par capitulation (en parlant d'une armée, d'une place assiégée). Rendre (se); → Déposer, rendre les armes, ouvrir les portes (de la ville), livrer les clefs (d'une ville), hisser le drapeau blanc.Capituler en rase campagne ( Capitulation), sans conditions.Capituler avec les honneurs de la guerre, en conservant armes et bagages. — ☑ Loc. (vx au sens propre). Capituler avec armes et bagages. Bagage (infra cit. 2).
2 Utrecht envoya ses clefs, et capitula avec toute la province qui porte son nom. Louis (Louis XIV) fit son entrée triomphale dans cette ville (…)
Voltaire, le Siècle de Louis XIV, X.
3 Un mois après Baylen, le duc tout frais d'Abrantès capitule à son tour, bien que, du moins, l'honorable convention de Cintra assure à son armée ce retour en France que les soldats de Dupont n'ont pas obtenu.
J. Bainville, Napoléon, XVII.
4 (…) ils (les Autrichiens) se font fort de pouvoir, en deux ou trois semaines, contraindre militairement la Serbie à capituler (…)
Martin du Gard, les Thibault, t. V, p. 130.
Prov. Ville qui capitule est à demi rendue, ou ville qui capitule, ville rendue. Au fig. La personne qui en est à discuter est près de céder; dans un autre contexte : celle qui résiste aux avances finira par céder.
3 (Av. 1696). Par métaphore ou fig. Céder devant (qqn, qqch.), abandonner la résistance. || Il me tenait tête, mais il a fini par capituler.Capituler avec sa conscience ( Capitulation).
Vx et fig. (dans un emploi à rattacher au sens 1). Accepter de transiger, de parlementer.
5 Lorsqu'on désire, on se rend à discrétion à celui de qui l'on espère : est-on sûr d'avoir, on temporise, on parlemente, on capitule.
La Bruyère, les Caractères, XI, 20.
6 Cent fois déjà il avait ainsi capitulé sans coup férir (…)
Courteline, Messieurs les ronds-de-cuir, 6e tableau, I, p. 213.
7 On dit que dans sa cellule
Deux hommes cette nuit-là
Lui murmuraient capitule
De cette vie es-tu las.
Aragon, Ballade de celui qui chante dans les supplices.
DÉR. Capitulard.
HOM. Capitulé. — (Du p. prés.) Capitulant.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • capituler — CAPITULER. v. n. Parlementer, traiter de la reddition d une Place. Battre la chamade pour capituler. [b]f♛/b] Il s emploie pour dire, Entrer en traité sur quelque affaire, sur quelque démêlé, venir à un accommodement. Il commence à se défier de… …   Dictionnaire de l'Académie Française 1798

  • capituler — CAPITULER. v.n. Parlementer, traiter de la reddition d une place. Quand le secours est venu, on avoit desja capitulé & donné des ostages. Il signifie aussi generalement, Traiter de toute sorte d affaires. Capituler pour faire un Empereur. ils… …   Dictionnaire de l'Académie française

  • capituler — Capituler, Articulose pacisci, Ex aequo conditiones articulosas ferre, Conditiones petere, aut postulare, Conditiones ferre et accipere. B. Cic. Praeclari pactores societatem et foederum, Beaux capituleurs. Ils ont ainsi capitulé de leur… …   Thresor de la langue françoyse

  • capituler — (ka pi tu lé) v. n. 1°   Terme de guerre. Se rendre par capitulation. La ville capitula. Une troupe ne doit pas capituler en rase campagne. 2°   Familièrement, céder, entrer en arrangement. Vous ne me ferez pas capituler.    Capituler avec sa… …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • CAPITULER — v. n. Parlementer, traiter de la reddition d une place, d un poste. Battre la chamade pour capituler. La ville capitula après huit jours de tranchée ouverte. On ne put les forcer dans le poste où ils s étaient retranchés, et ils obtinrent de… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 7eme edition (1835)

  • CAPITULER — v. intr. Faire une capitulation. La ville capitula après six mois d’une vigoureuse résistance. On ne put les forcer dans le poste où ils s’étaient retranchés et ils obtinrent de capituler honorablement. Prov. et fig., Ville qui capitule est à… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 8eme edition (1935)

  • Capituler —          PÉGUY (Charles)     Bio express : Écrivain français (1873 1914)     «Une capitulation est essentiellement une opération par laquelle on se met à expliquer au lieu d agir.»     Source : Les Cahiers de la quinzaine     Mot(s) clé(s) : Agir …   Dictionnaire des citations politiques

  • capituler — vi. , lâcher prise, baisser pavillon, céder, reculer, renoncer (à une entreprise), abandonner ; montrer de la lâcheté, être lâche : kapitulâ (Albanais.001, Villards Thônes) ; KAPoNÂ (Combe Si. | 001, Annecy, Arvillard, Thônes). A1) céder, reculer …   Dictionnaire Français-Savoyard

  • se\ dégonfler — Capituler face à un projet difficile ou dangereux; renoncer à affronter quelqu’un ou quelque chose. Très usuel. • Sylvie voulait partir en Inde, elle avait tout préparé, et puis au dernier moment elle s’est dégonflée. • – Non, je ne battrai pas.… …   Le petit dico du grand français familier

  • Liste Des Sièges De La Guerre De Cent Ans — (1337 1453) La guerre de Cent Ans ne fut pas une guerre de batailles rangées, ce fut une guerre de coup de mains, de sièges et d embuscades. Sommaire 1 Origines de cette guerre 2 Principaux sièges 2.1 …   Wikipédia en Français

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.